De la fusion numérique-analogique

Après quelques années de bonheur musical et d’une installation informatique sympathique, l’heure de la fusion a sonné.

Grâce à quelques petites boîtes nouvelles, en particulier celle-ci

3d Lab DAC2000

on arrive à faire de la musique avec un ordinateur, quelques disques durs, et une vraie chaîne hifi…

Mon ordinateur principal est actuellement un Mac mini (un bon vieux G4 1.25Ghz, suffisant pour un usage bureautique, internet et vidéo jusqu’au HD-Ready) branché sur un 22 pouces cathodique.

Mac Mini Ecran Iiyama 22pouces

Branché sur quelques disques firewire, des SilverMax de chez MacWay

SilverMax 500GoSilverMax 500GoSilverMax 500GoSilverMax 500GoSilverMax 500GoSilverMax 500Go

Exactement 4 disques 500Go (2x250Go RAID0 en interne) complétés dans quelques jours par 2 disques de 1To (2x500Go en interne) qui sont configurés 2 par 2 en synchronisation de contenu.

Avec le temps, j’ai fini par conclure que le plus « cher » était le temps qu’il me faudrait pour re-ripper CDs et DVDs sur les disques, la synchronisation (toutes les 24h en automatique) permet d’atteindre un bon niveau de sécurité et évite le syndrome du RAID où tout effacement est immédiatement effectué sur la sauvegarde. En plus, la synchronisation peut se faire à distance si je reviens dans une configuration à 2 machines.

De l’autre côté le Mac mini est connecté à une sortie son numérique Sonica, non pas pour sa sortie audio, mais pour son rôle de convertisseur USB-SP/DIF.

Sonica Theatre

La Sonica est branché sur une nouvelle merveille, un 3DLab DAC2000 (SRC 24bx192Khz, double mono, symétrique)

3d Lab DAC2000

Mon « cahier des charges » était de remplacer le lecteur CD (Teac VRDS-25, que je revend) pour un prix équivalent (je me disais qu’après 8 années, ça avait pas mal progressé en audio-numérique). Après quelques essais (en particulier le miniDAC de chez Apogée), j’ai finalement trouvé mon bonheur chez 3DLab avec le DAC500 (en passant, le premier DAC que j’écoutai étant un peu meilleur que mon VRDS). Et puis c’était les soldes et j’ai fait le saut au DAC2000, un monstre à côté du VRDS (et de presque tout ce que j’ai pu entendre).

Le DAC est connecté en symétrique (Mogami+Neutrik)à mon « bon vieux » Krell KAV300iL

Krell KAV-300il

Qui enterre encore pour quelques décénie tout ce qui se fait dans cette gamme de prix (il y a mieux chez Krell, mais c’est beaucoup plus cher, et chez MBL voire Primare aussi, mais c’est déjà le double…)

Lui-même connecté avec du câble Oehlbach référence sur les Martin Logan SL3 (qui sont concurrencées par… Martin Logan (Vantage) et dans un genre différent par les MBL-121)

Martin Logan SL3

Comments

9 Réactions to “De la fusion numérique-analogique”

  1. claudebbg » Blog Archive » Quand la musique s’invite à la maison on décembre 11th, 2006 14:15

    […] PS: Après quelques années de plaisir, il était temps de fusionner hifi et informatique […]

  2. le tordeur de barre droite on mai 25th, 2007 19:50

    Bonjour
    je ne comprend pas les sl3 conccurencé par les mbl 121

  3. claudebbg on juin 11th, 2007 11:04

    Merci pour cette remarque « le tordeur de barre droite »
    Les SL3 ne sont pas concurrentes des MBL 121 supérieures pour pas mal d’aspects (sauf peut-être les basses, à moins de les brancher sur de très gros monstres), ni en fait des Vantage (plus fines sur l’aigu et visiblement plus faciles), mais on retrouve présence et légèreté en commun.

  4. le tordeur de barre droite on juillet 30th, 2007 8:57

    cher ami BBG
    il y aurait il des nouveautés dans votre vie ????
    nous sommes tous accrochés a cette page qui ne change pas

  5. le tordeur de barre droite on juillet 30th, 2007 9:08

    cher ami audiophile ipod & cie
    pour moi krell sonne masculin, homme des caverne, brut.
    mbl on dirait le nom d’un gelatine chimique, surtout j’ai l’avantage de lire le japonais traduit en francais et tout les test prouvent que mbl achète les restes de nad 3020 pour les mettre dans des boîtes mbl, ce que ne fait pas zanden

  6. claudebbg on août 2nd, 2007 20:39

    Merci chez « tordeur de barre droite » pour ces commentaires (et ceux en turkmen sur les forums).

    Tout d’abord il y a bien des nouveautés et une suite ne va pas tarder à cette saga…

    On y parlera sans doute de MBL, qui pour de la gélatine me semble assez vitaminé, plus même pour les amplis qu’un 3020 ou qu’un 4340 et de toute façon plus qu’un Z… bricolé à base de bambou doré 24 carats, bien que ce dernier ait ses propres qualités (vous saurez sans doute nous les rappeler).

  7. claudebbg - 18012 raisons d’écouter de la musique on octobre 25th, 2007 15:03

    […] Le DAC2000 est bien installé, pas loin des disques durs. […]

  8. lemgab on janvier 4th, 2008 17:35

    Bonjour,

    j’ai lu rapidement votre blog… intéressant.

    j’ai quelques questions:

    en quoi encodez-vous vôtre musique? (en lossless ou ?)

    avez vous caractérisé une sensible différence entre une carte son dîte pro (j´ai une vieille carte son pro sekd prodif plus) en sortie analogique et une carte son en numérique plus un convertisseur tel que le vôtre.

    je suis possesseur plus modeste d’un nad 320 bee et d’enceintes kef iq5 reliés à ma carte son prodif plus en sortie analogique

    Bien cordialement,

    Gabriel

  9. claudebbg on janvier 4th, 2008 23:50

    Bonjour Gabriel,

    merci pour votre commentaire.

    J’encode mes CDs en lossless (via iTunes) pour
    1/ pouvoir les écouter dans leur qualité d’origine, sans modification « perceptive » aucune
    2/ pouvoir les transformer en un autre format si d’aventure je changeais de préférences
    donc lossless oui, avec réversibilité (AAC-lossless vers FLAC ou AIFF par exemple)
    Je commence aussi (enfin) à pouvoir en acheter directement (en flac, haute définition) sur linnrecords.com

    Côté carte son, l’intérêt de « sortir » en numérique vers un convertisseur externe est essentiellement de « sortir de l’ordinateur » où les perturbations ne sont pas des meilleures pour l’analogique.
    C’est d’autant plus simple qu’USB ou firewire permettent de sortir « gratuitement » et correctement un signal numérique, prêt à être converti, et de plus en plus d’ordinateurs ont des sorties numériques (optique ou coax).

    On peut trouver des convertisseurs directement utilisable en USB/Firewire (Apogee, BelCanto, etc.), voire en wifi (slimdevices) mais le choix est plus large si l’on étend aux sorties « standard ».
    Le choix en convertisseurs externes est très large et pour chaque budget ou presque on peut trouver de bonnes machines (3DLab, MBL, etc.).

    L’adaptation peut aussi se faire au travers d’une interface informatique/audio numérique (par exemple la modeste Airport Express d’Apple ou une petite Squeezebox de slimdevices utilisée en adaptateur externe)

    Pensez à vérifier le setup pour qu’aucune « transformation » ne soit faite par le logiciel (moins bon que le convertisseur ou le préampli), y compris le réglage de volume et le « resampling » donc.

    Et puis profitez de la musique, on fait tout cela pour ça finalement…